AG 2018 : Gérard Frut dresse le bilan de sa première année de présidence

10 juillet 2018 ADERA Cellules & Plateformes Evénement Retour

Élu en juillet 2017, le nouveau président de l’ADERA, ancien directeur de général de SAFRAN CERAMICS, a animé l’assemblée générale 2018 le 29 juin dernier. Au programme : de bons chiffres pour 2017 et une réflexion en cours autour du statut juridique de l’ADERA.

Une croissance continue 

Le bilan financier 2017 de l’ADERA et les premiers éléments pour 2018 sont très encourageants. Depuis 10 ans, l’association connaît une croissance continue, avec un chiffre d’affaires qui approche les 30 millions d’euros en 2017. L’ADERA compte à présent plus de 300 salariés, répartis entre les activités du siège, les cellules et plateforme de transfert de technologie et les contrats de recherche. L’attractivité des nouveaux services d’Adera Congrès a également été soulignée. Le département événementiel de l’ADERA bénéficie depuis début 2018 d’une plateforme en ligne dédiée à l’enregistrement et au paiement des inscriptions aux colloques et congrès. La plateforme a récemment fait ses preuves sur un congrès de mathématiques totalisant plus de 1900 participants et continue d’attirer de nouveaux clients académiques.

Un changement vers un statut de filiale à l’étude

Gérard Frut a annoncé qu’une étude de faisabilité portant sur le changement de statut juridique de l’ADERA était en cours. « Depuis quelques années, l’ADERA rencontre des difficultés pour renouveler ses conventions avec le ministère et les établissements d’enseignement et de recherche. Ce qui est en cause n’est pas la qualité du service rendu, mais le statut associatif, qui ne répond pas aux exigences réglementaires de nos partenaires pour la gestion de fonds publics. Il est nécessaire de clarifier ce point, afin de pérenniser les activités de l’ADERA» a expliqué Gérard Frut lors de l’assemblée générale. Le président s’est donné jusqu’à décembre 2018 pour étudier les modalités d’une transition vers un statut de filiale des établissements (Université de Bordeaux, UPPA, Bordeaux INP et Université de La Rochelle) en concertation avec l’ensemble des parties prenantes.

Une AG clôturée par Nutribrain et Aquitaine Microbiologie 

Le Dr Anne-Laure Dinel, responsable de NutriBrain, a ensuite présenté les activités de sa cellule de transfert. Adossé au laboratoire NutriNeuro (UMR 1286), NutriBrain propose aux industriels de caractériser les effets aliments et nutriments sur le bien être cérébral. Après avoir bénéficié pendant 3 ans d’un soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine pour le lancement de l’activité, la cellule dispose à présent d’un volume d’affaires suffisant pour garantir sa pérennité.

Le Dr Fatima M’Zali, en charge de la cellule Aquitaine Microbiologie est également intervenue pour présenter le projet Aqui-Litt. Cette étude de biosurveillance inédite vise à identifier de potentiels réservoirs de bactéries résistantes aux antibiotiques sur le littoral Aquitain. Financé par le FEDER, la région Nouvelle-Aquitaine et le groupe de santé animale CEVA, ce projet aboutira en 2020 à la création d’une cartographie exhaustive des populations de bactéries, microbes et de champignons présents sur les cotes aquitaines. Outre un intérêt de santé publique, l’étude est susceptible d’intéresser les entreprises, qui pourraient utiliser ces ressources naturelles dans leurs procédés industriels.